Malgré les outils des tests de la personnalité que vous utiliserez, les efforts en formation ou de coaching investis dans votre organisation, si vous optez pour le contrôle excessif, toutes ces initiatives seront vouées à l’échec.
Maryse Audet

Croyez-vous être un gestionnaire contrôlant ? Êtes-vous une personne qui désire que tout se passe exactement comme vous le pensez ? Avez-vous tendance à juger l’autre lorsqu’il n’est pas parfait  comme vous le souhaitez?

Si vous avez répondu oui à l’une de ses questions, il se peut que vous ayez une tendance au contrôle.

Celui qui s’acharne sur un plan précis et qui souhaite que tous y adhèrent pour atteindre parfaitement les résultats.

Heureusement, de plus en plus, les entreprises réalisent que l’envie du contrôle d’il y a 30 ans ne fait plus partie des mœurs et pratiques managériales acceptées par les employés.

Sans le savoir, se tourner vers le contrôle, éteint le potentiel de vos équipes. Malgré les outils des tests de la personnalité que vous utiliserez, les efforts en formation ou de coaching investis dans votre organisation, si vous optez pour le contrôle excessif, toutes ces initiatives seront vouées à l’échec. Le pouvoir de propulser les personnes dans une organisation se retrouve entre les mains du gestionnaire. Si ce dernier instaure un cadre rigide espérant que ses employés se fondent dans un moule, il diminue les talents, le potentiel et la performance de ces ressources humaines, et ce, peu importe les initiatives mises, en place.

Pourquoi ?

Les gens se limiteront à ce cadre imposé alors qu’ils pourraient faire plus GRAND et vivront dans la peur.

J’ai découvert récemment, via la Maison des Leaders, les 4 grandes qualités à développer en tant que leader proposé par Rémi Tremblay.

Vous y trouverez les définitions détaillées dans son livre « J’ai perdu ma montre au fond du lac. »

  • Le courage : Avoir le courage de choisir le poste de leader tout en étant conscient de ce que cette tâche exige. Le courage d’être soi-même.
  • La créativité : être à l’écoute de ses intuitions et de ses appels à créer afin d’inventer des nouvelles façons de vivre ensemble et de réinventer soi-même.
  • Être humble : s’entourer de gens possédants les talents complémentaires et le reconnaître.
  • Être aimant : la capacité à accueillir l’autre comme un être imparfait. Développer sa capacité à aimer.

Ainsi, vous saurez mobiliser vos équipes, les rendre heureux et naturellement plus performants, et ce, en utilisant vos énergies pour faire émerger votre entreprise et les gens qui la composent et non à les contrôler. Un potentiel immense dort chez beaucoup d’employés. C’est à vous, les gestionnaires en devant de meilleur humain que vous propulserez les talents de vos gens.

 

Maryse Audet