D’abord, vous devez vraiment croire que tout n’est parfaitement imparfait et que l’autre, pour s’améliorer, a droit de recevoir votre enseignement comme vous l’avez eu au moment où vous avez commencé.
Maryse Audet

En tant que gestionnaire, vous savez, depuis la journée que vous occupez ce siège, que déléguer est une façon simple afin d’augmenter votre efficience et votre efficacité au quotidien. Depuis longtemps, il existe des articles portant sur ce sujet ainsi que différentes formations. Certains d’entre vous ont probablement déjà engagé un coach pour y arriver parce qu’avouons-le, déléguer c’est tout un défi!

Pourquoi est-ce si difficile? Pourquoi certains y arrivent et d’autres, non? Pourquoi avez-vous l’impression que ça va plus vite si vous le faites vous-mêmes?

Toutes ces questions sont légitimes mais vous empêchent de faire confiance à votre équipe et de déléguer en toute tranquillité.

Croire que vous pouvez tout faire seul est utopique. C’est plutôt votre égo qui vous joue des tours… Les gestionnaires ne peuvent pas tout faire seuls. Autrement, cela aura des répercussions négatives sur la gestion globale de l’entreprise. Aussi, vous devez trouver l’équilibre dans votre vie pour ainsi déployer vos ailes sur le plan professionnel. Personne ne possède toutes les connaissances ni les compétences pour effectuer toutes les tâches que demande la gestion d’une entreprise. D’ailleurs, apprendre à déléguer, c’est l’un des principes fondamentaux pour propulser son potentiel et ceux de son équipe. Reconnaître leurs talents et les motiver à devenir meilleurs dans le rôle qu’ils jouent est essentiel. La délégation fait partie de l’équation. Si vous augmentez votre confiance et diminuez votre résistance, vous serez plus enclin à déléguer et surtout vous offrirez un encadrement efficace; ce qui aidera chacun à déployer ses ailes en toute liberté.

Vous savez, la peur de déléguer vient d’une forme de contrôle dont vous êtes emprisonnés sans même vous en rendre compte. Comment pouvez-vous vous en sortir? D’abord, vous devez vraiment croire que tout n’est parfaitement imparfait et que l’autre, pour s’améliorer, a droit de recevoir votre enseignement comme vous l’avez eu au moment où vous avez commencé. Après tout, à l’école, aucun professeur n’a fait les examens à votre place pour s’assurer que vous passerez au niveau suivant! On vous enseigne la matière, on vous laisse le temps de l’apprendre grâce à des exercices et à des devoirs et ensuite, quand on juge que vous êtes prêts, on vous évalue. Si la note de passage est insuffisante, vous recommencerez le processus jusqu’à ce que vous réussissiez. Il en va de même pour votre équipe de travail.

Reproduire cet exemple avec vos employés est une excellente façon de lâcher prise à l’idée que tout n’est pas parfait! Surtout, assurez-vous que chacune de vos ressources humaines est à la bonne place. Votre rôle est d’identifier votre potentiel et celui des autres pour ensuite jouer le rôle de l’enseignant. À partir de cette philosophie, vous constaterez des résultats optimaux!

Maryse Audet